"Après avoir réalisé le premier tour du monde à

l’énergie solaire et démontré qu’il était possible de voyager de manière autonome avec des énergies renouvelables, il me semblait nécessaire d’aller encore plus loin et de dépasser ce qui avait été réalisé jusqu’ici avec des énergies fossiles. C’est un peu par hasard, lorsque nous traversions l’Atlantique à bord de PlanetSolar que cette idée de réaliser le vol mythique d’Icare et de m’approcher de l’espace grâce à l’énergie solaire est née.

 

L’idée a mûri, une équipe internationale s’est construite et c’est aujourd’hui notre prochain défi. C’est une aventure ambitieuse comportant de grands risques, mais qui permettra, une fois encore, de démontrer le potentiel des énergies renouvelables. Cette nouvelle éco-aventure se fera à bord d’un avion solaire commercialisable modifié pour ce vol stratosphérique. Cette nouvelle expédition, nous l’avons surnommée Mission SolarStratos.

 

N’est-il pas essentiel d’aller plus haut pour illustrer la capacité des énergies renouvelables, ici, à la surface de notre planète? Au-delà de cette aventure, nous avons pour projet d’ouvrir une porte sur une aviation électrique et solaire, commerciale, proche de l’espace, dans le but de réaliser des voyages uniques avec des passagers privés ou des scientifiques.

Imaginez-vous à bord d’un avion solaire volant dans un silence absolu, à plus de 75’000 pieds. A cette altitude, vous pouvez contempler la courbure de la Terre et observer les étoiles en plein jour.

 

Alors que depuis un siècle, il est nécessaire d’utiliser d’importantes quantités d’énergie ou d’hélium pour

aller dans la stratosphère, nous allons ouvrir la voie

à l’aviation solaire et électrique habitée et proche

de l’espace.

 

Pour des raisons de poids, l’appareil ne sera pas pressurisé, m’obligeant à porter une combinaison pressurisée d’astronaute, fonctionnant uniquement à l’énergie solaire, constituant une première mondiale également.

 

Le défi est technique et humain, la mission devra durer environ cinq heures (2 heures de montée pour s’approcher de l’espace, 15 minutes la tête dans les étoiles, 3 heures pour redescendre sur terre). Equipé de ma combinaison spatiale, je ne pourrai pas m’extraire de l’avion à l’aide d’un parachute

 

L’avion et le pilote seront soumis a des températures extrêmes, de l’ordre de -70 degrés."

 

                  Raphaël Domjan, initiateur et pilote du projet

___________________________________________________________________________________________________________________________

___________________________________________________________________________________________________________________________